Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un "catalogue de mesures", aucune "vision" pour la France. "Nous avons pris note des 100 propositions de Ségolène Royal. Mieux vaut tard que jamais", ont ironisé Xavier Bertrand et Rachida Dati, les deux porte-parole du candidat UMP, dans un communiqué publié après le discours de la candidate socialiste.
 
"Litanie de constat" 
Sur le fond, Xavier Bertrand et Rachida Dati ont estimé que "cette litanie de constats et ce catalogue de mesures n'expriment aucune politique d'ensemble susceptible de créer de la croissance et de l'emploi, donc du pouvoir d'achat". Xavier Bertrand a ensuite évoqué sur France-Info du "Jospin recyclé" et un "retour vers le passé". Pour le député UMP des Deux-Sèvres Dominique Paillé, les 100 propositions de Ségolène Royal "ramènent aux heures du mitterrandisme conquérant".
 Conseiller politique de Nicolas Sarkozy, François Fillon avait affirmé avant même le discours de la candidate socialiste lors de la réunion de la Mutualité: "Que vaut un projet lorsque sa philosophie globale est si ambiguë et si passéiste?" 
Quid du financement ? 
Surtout, les proches de Nicolas Sarkozy estiment que Ségolène Royal n'est pas sortie du flou qui entoure selon eux son projet depuis le début de sa campagne. "On ne sait toujours pas où la candidate socialiste veut emmener notre pays dans les cinq années qui viennent", estiment Xavier Bertrand et Rachida Dati. "Quelle est sa vision des grands problèmes des Français comme la question des retraites ou du travail? Quelle est sa vision de la France? Quelles sont les valeurs qui sont au coeur de son projet? Sans doute devra-t-on de nouveau attendre pour le savoir". Les proches de Nicolas Sarkozy soulignent par ailleurs que la candidate du PS "n'ait pas été plus précise" sur le financement de ses propositions. Le ministre des Finances Thierry Breton a dénoncé une "litanie de dépenses" et "une liste de créations d'emplois publics invraisemblable". 
"Matraquage fiscal" "Elle met au début de son propos en exergue la lutte contre le dette publique comme étant la priorité des priorités, et par la suite, elle ne cesse de creuser les déficits à travers ses propositions de création de droits complémentaires", a renchéri Dominique Paillé. Le député UMP a prévenu que l'UMP allait "décortiquer" les propositions de la candidate socialiste pour "lui demander comment elle les finance". Pour Rachida Dati et Xavier Bertrand, "ce catalogue d'annonces se traduira à n'en pas douter par un nouveau matraquage fiscal".

Le Nouvel Observateur, 12 février 2007
JD

 

 

Tag(s) : #jeunespop55

Partager cet article

Repost 0