Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Direction-collegiale-7-7-07.jpg

Samedi 7 juillet, le conseil national de l'UMP a adopté à 72% la réforme des statuts du mouvement instituant une direction collégiale jusqu'en 2012. Celle-ci s'appuie sur un "pôle législatif" - le bureau du conseil national, animé par trois vice-présidents Jean-Pierre Raffarin, Jean-Claude Gaudin et Pierre Méhaignerie - et sur un "pôle exécutif", le secrétariat général, dirigé par Patrick Devedjian assisté de Philippe Cochet et de Dominique Paillé.

Conformément au souci de démocratie interne voulu par N. Sarkozy lorsqu’il est arrivé à la tête de l’UMP, en novembre 2004, les Conseillers nationaux ont débattu pendant toute la matinée sur la pertinence de la modification statuts, chacun enrichissant son intervention de sa vie de militant, de l’expérience acquise durant la campagne électorale.

A l’issue de cet échange, sans langue de bois, des amendements ont été ajoutés puis il a été procédé au vote électronique.

 

Les principales modifications sont les suivantes :

Un titre IX est intégré. Il définit les « dispositions applicables lorsque le Président en exercice de l’UMP devient Président de la République ».

En plus d’un article 48 disposant la création de deux instances et leur composition (Secrétariat général et Bureau du Conseil national, cf. ci-dessus), un article 49 dispose que « le Président de la République à nouveau candidat et qui souhaite le soutien de l’UMP se soumet au vote du Congrès ».

 

Pour conclure, l’approbation d’une direction collégiale par le Conseil national s’inscrit dans la continuité de l’action de N Sarkozy. Jusqu’à présent, depuis l’élection de N. Sarkozy à la Présidence de la république, c’est J.-Cl. Gaudin qui assurait l’intérim à la tête de l’UMP. La question d’un nouveau Président se posait bien évidemment. La solution retenue, la plus pragmatique, est la création d’une direction collégiale regroupant les personnalités de l’UMP. Le rôle premier de cette instance - ont rappelé MM. P. Devedjian et R. Dutreil - est d’être une force de propositions au Gouvernement à partir des remontées du terrain, recensées par les Conseillers nationaux dans leur fédération.

 

En étant à l’écoute permanente des citoyens, ce processus aidera, entre autres, à rendre plus lisible le sentiment des Français sur les grandes réformes qui vont être discutées à l’Assemblée nationale dans les semaines à venir (bouclier fiscal, dialogue social et continuité dans les transports publics, réformes des universités, …). L’avenir de la France passe avant tout par une concertation permanente avec les sympathisants de l’UMP, leurs représentants, les membres du Gouvernement et bien entendu tous les citoyens.

 

Tag(s) : #jeunespop55

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :